En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

Publication

Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle

Sous la direction de Gisèle Séginger &Thomas Klinkert

De Gruyter, Berlin/Boston, novembre 2019

  • Année2019
  • En savoir plus
  • Par la puissance métaphorique et la force de modélisation qu’ils revêtent, les savoirs biologiques et leurs représentations suscitent au XIXe siècle la fascination des écrivains. Ceux-ci y trouvent la source d’une nouvelle poésie, d’un imaginaire dépassant la logique positiviste, mais aussi des formes textuelles nouvelles, une poétique, voire une esthétique permettant de redéfinir l’idée du « beau ». Le présent volume étudie l’impact des savoirs biologiques sur la création littéraire du XIXe siècle, en se donnant trois objectifs : (1) étudier la diffusion et la réception des savoirs biologiques par les écrivains du XIXe siècle, en prêtant une attention particulière aux travaux étrangers majeurs en la matière ; (2) analyser l’usage et les fonctions des savoirs biologiques dans les textes littéraires, leurs transformations sur le plan du contenu, de l’écriture et de la poétique, ce qui présuppose aussi l’identification des enjeux idéologiques de ces savoirs ; (3) penser les rapports ou les décalages entre l’histoire des sciences et l’histoire de la littérature, qui tantôt rend compte de débats d’actualité, tantôt au contraire s’inscrit dans des savoirs plus anciens.

    Table des matières

    Avant-propos et Introduction par Thomas Klinkert et Gisèle Séginger

    I Traductions et transmissions

    Sophie Laniel-Musitelli, « The Loves of the Plants d’Erasmus Darwin : enjeux d’écriture et de Traduction »

    Marta Sukiennicka, « Les imaginaires de la fin de l’homme : Grainville et Nodier face à l’économie de la nature »

    Michel Prum, « Traductrice et traducteurs français de Charles Darwin au XIXe siècle : un chemin difficile, de la Suisse à la France »

    Pascal Duris, « Flourens lecteur de Darwin (ou de Clémence Royer ?) : à propos de son Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces (1864) »

    Gisèle Séginger, « Transmission ou trahison ? La circulation triangulaire des savoirs du vivant (Michelet, Flaubert, Zola) »

    II De la notion à la fiction

    Nicolas Wanlin, « Résurgence des monstres »

    Bénédicte Percheron, « Hasard, sciences du vivant et évolution dans la littérature française du XIXe siècle »

    Bertrand Marquer, « Cette grande opération de la vie : la digestion. Biologie et Gastronomie »

    Olav Krämer, « La notion de lutte pour la vie chez Anatole France »

    Nolwenn Pamart, « Struggle for joy !Les sciences biologiques dans l’œuvre de Jean de Tinan »

    Pauline Moret-Jankus, « De la biologie à la littérature : Jules Soury à la croisée des chemins »

    III Exposition et réécriture des savoirs

    Mary Orr, « Les Mémoires du baron Georges Cuvier (1833) de Mistress Lee : mémoires scientifiques, pacte biographique, ou réécriture des savoirs ? »

    Miroslaw Loba, « Balzac et la pensée sur la vie dans La Physiologie du mariage et dans La Femme de trente ans »

    Azélie Fayolle, « La vulgarisation excentrique pour tous : les leçons d’histoire naturelle de Pierre Boitard dans le Musée des familles »

    Norioki Sugaya, « Mise en scène d’une pensée de la vie : la génération spontanée chez Flaubert »

    Florence Vatan, « Des singes et des hommes : hybridations flaubertiennes »

    Marion Thomas, « Charles Robin et Émile Littré : débats sur la cellule et la continuité du vivant dans les manuels de physiologie et les cercles intellectuels parisiens dans la deuxième partie du XIXe siècle »

    Site : - https://www.degruyter.com/view/product/537472?format=G

  • ISBN978-3-11-066582-6

D'autres ouvrages