En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

Publications des doctorants

Retour à la liste des thèses en cours

Sophie Lacaze

Résumé de thèse

A la recherche d’un langage musical : cheminement et processus d’élaboration du langage dans la création musicale aux XXe et XXIe siècles

« Le compositeur s’arroge le droit de forger son propre langage,… un langage…, avec son vocabulaire et sa syntaxe…» (Annie Coeurdevey)

La recherche en musicologie s'intéresse au langage musical dans ses dimensions sonores et expressives. L'analyse musicale étudie les oeuvres de façon à en comprendre la genèse, l'architecture et les desseins. Elle peut aboutir à une compréhension tant esthétique qu'intellectuelle et à l’appropriation de l'écriture du compositeur.  Musicologie  et  analyse musicale permettent d’appréhender le langage musical du compositeur.

Mais  qu’est-ce que  le  langage musical d’un  compositeur ?  Une combinaison de  codes, harmoniques, contrapuntiques, rythmiques, motiviques, formels, une attirance pour certains timbres ou combinaisons de timbres, associées à  une  « aspiration » personnelle, ou  une  « nécessité intérieure » comme le disait Schoenberg ?

Dans l’œuvre d’un compositeur, tout au long de sa vie de créateur, le langage évolue. Dans le « prélude à l’aprèsDmidi d’un faune », œuvre qui a bouleversé l’histoire de la musique, la plupart des éléments du langage de Claude Debussy étaient déjà présents. Le compositeur avait à peine 22 ans. Il passera sa vie à l’affiner, l’affirmer, jusqu’au choc des dernières sonates. Pourquoi et surtout comment cette évolution a elle eu lieu ?

C’est par contre de façon progressive, patiente, que Béla Bartok construira le sien. D’autres compositeurs, comme  Erik  Satie,  ou,  plus  près  de  nous,  György  Ligeti  ou  Meredith Monk,  semblent  l’avoir  élaboré différemment. Certains présenteront des œuvres de factures différentes selon les époques, mais avec la permanence d’un style personnel, d’autres feront évoluer leur langage par paliers, intègreront à leurs propres codes des éléments venus d’ailleurs…

En regard de l’analyse musicale et la musicologie traditionnelles qui étudient le langage musical d’un compositeur soit à un instant donné dans une œuvre précise, soit dans une globalité définie a posteriori, après la composition d’un certains  nombres d’œuvres montrant des constantes dans leur écriture, je m’intéresse à la manière dont évolue ce langage dans le temps : les points de changement, les ruptures, le pourquoi et le comment de son évolution…

En tant que compositeur de musique savante, dans le sillage des compositeurs cités précédemment, ma problématique principale est d’élaborer mon propre langage musical, un langage qui reflète un monde intérieur, qui me permette d’exprimer musicalement ma pensée, et qui soit « mien ». Après 20 ans de « métier »,  il  s’est  affirmé, des  lignes  directrices se sont dégagées, mais de manière plus ou moins inconsciente.

Mon travail de recherche portera sur l’évolution et la construction du langage musical de compositeurs qui nourrissent ma musique, et plus spécialement ceux des XXe et XXIe siècles, comme Claude Debussy, Erik  Satie,  Edgar   Varèse,  Béla  Bartok,  Gÿorgy  Ligeti  ou Meredith   Monk.    Ceci    devrait    me    permettre   de   comprendre  un   peu   mieux   les cheminements et processus d’élaboration de ces langages, et ainsi me donner  des  outils pour  développer  de   manière,  je   l’espère,   plus   consciente  et   efficiente,  ma   propre musique. »