En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

Publications des doctorants

Retour à la liste des thèses en cours

Serge Rogalski

Résumé de thèse

Écotones sonores chez Henri Dutilleux

Cette thèse a pour objet la synthèse des outils utilisés par les analystes, les pédagogues et les compositeurs. Nous emprunterons la notion d’écotone à l’écologie.

La représentation graphique en occident de la simultanéité et de la succession dans le temps des événements sonores, c’est-à-dire des notions d'horizontalité et de verticalité en musique, s'est développée autour d'une recherche de plus en plus approfondie des axes abscisse et ordonnée. Intervalle, forme, échelle, miroir, accord ouvert, fermé sont autant de témoignages d'emprunts à ce champ sémantique. Traités d'harmonie, de contrepoint, de rythme, de composition de façon plus générale, ont développé des systèmes de pensées de plus en plus complexes sur la musique et de facto sur le son comme objet paramétrable. Le nombre vertigineux de calculs rendus possibles par l'informatique a accompagné l'accélération d'une dispersion de l'unité esthétique de la pensée musicale dans la diversité de ses territoires.

Des compositeurs tels Arnold Schönberg1 et Edgard Varèse2 illustrent ce glissement épistémologique qui fit basculer, d’une culture du ton à une culture du son, les compositeurs, les musiciens, les musicologues et les auditeurs. Cette dispersion a commencé dès le début du XXe siècle, par une plus grande circulation des œuvres mais également par la remise en jeu des savoirs hérités du passé. Cette dynamique a contribué à l'émergence de nouvelles esthétiques ainsi qu'à de nouveaux modes d'écriture et d'analyse de la musique. Dans le sillage de ce changement de paradigme, il nous semble urgent de questionner les modèles de représentation de la musique qui font consensus entre les compositeurs, les analystes et les musiciens, et leurs corollaires pour l’auditeur. Le terme écotone3  est initialement utilisé en géographie physique pour désigner des espaces de transition entre deux écosystèmes ou davantage. L'écotone sonore est donc une zone à la lisière de deux espaces. Une zone qui subit les influences des milieux qui lui sont adjacents et a des frontières mouvantes. Ce qui est connu-reconnu est affecté par ce qui est inconnu.

Nous nous proposons dans le cadre de notre thèse d’étendre notre réflexion sur le langage musical et l’espace sonore en s’appuyant sur l’œuvre du compositeur Henri Dutilleux (1916-
2016) à partir de son concerto pour orchestre Métaboles (1965).


1 Arnold Schönberg, 1974-1951, compositeur autrichien.
2 Edgard Varèse, 1883-1963, compositeur français naturalisé américain.
3  Zone de transition  et de contact  entre deux  écosystèmes  voisins,  telle que la lisière  d'une forêt,  une roselière,  etc. (Les écotones  ont une faune  et une flore plus riches que chacun  des deux écosystèmes  qu'ils séparent,  et ils repeuplent  parfois ceux-ci.),  (Larousse).  “Zone  of  transition  between  adjacent  ecological  systems,  having  a set  of  characteristics  uniquely defined by space and time scales and by the strength of the interactions between adjacent ecological systems” (SCOPE/MAB working group, 1987).