moteur de recherche

Axe 1. Écritures du politique / Politiques d’écritures

En étroite résonance avec les deux autres axes de l’équipe interne SEA, notamment pour leur contribution à la réflexion sur les notions d’espace et de discours, l’axe « Écritures du politique / Politiques d’écriture » aborde l’aire géographique et culturelle anglophone (principalement États-Unis, Grande-Bretagne, Irlande, Afrique du Sud, Caraïbe anglophone) sous l’angle de l’écriture et du politique. Écriture et politique sont ici pris dans leur diversité de sens et tels qu’ils réfléchissent la dyade savoir/pouvoir, mais sont aussi considérés pour ce que leur mise en tension peut signifier des « manque-à-penser » de la connaissance. Réflexion épistémologique sur la construction et l’évolution des identités culturelles du monde anglophone, dans une diversité d’objets et de méthodes, empruntant tout autant aux disciplines traditionnelles des Lettres et des Sciences de l’Homme et de la Société qu’aux champs émergents, notamment outre-Atlantique (études africaines américaines, diasporiques et postcoloniales, études sur le genre et les sexualités, cultural studies, media and performance studies), l’axe « Écritures du politique / Politiques d’écriture » s’intéressera particulièrement aux expressions des groupes minoritaires ou minorés et aux conditions politiques que le sujet y a de produire l’écriture de ses identités, qu’elles ressortissent à la nation ou la communauté, à la race ou à l’ethnie, aux genres ou aux sexualités, à l’histoire ou à la culture.

Au carrefour de la textualité, des théories du sujet, de l’approche sociologique ou culturaliste, mais aussi en prise avec l’histoire, les sciences politiques, la littérature et la philosophie, cet axe de recherches interdisciplinaires a pour double vocation d’étudier les écritures politiques dans la pluralité de leurs formes, ainsi que d’explorer, à partir même de cette pluralité, les possibilités politiques d’un décloisonnement des champs du savoir en Lettres et dans les Sciences de l’Homme et de la Société.

Dans cette perspective, l’axe « Écritures du politique / Politiques d’écriture » sera, dès septembre 2013, porteur d’une action transversale à trois laboratoires de l’Université Paris-Est (IMAGER, LISAA et LIS) : « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités ».

Synergie transdisciplinaire, « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » se conçoit comme une action étudiant les espaces sociaux, politiques, imaginaires et fantasmés tel que le sujet genré et sexuel les (ré)invente malgré les déterminations et les significations culturelles et disciplinaires que l’on élabore pour lui et au-delà du couple notionnel identité/différence. Dans une perspective transculturelle associant à l’aire géographico-culturelle anglophone, les espaces français et francophone, roman et hispanique, ainsi que germanique, « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » s’intéressera également à la circulation de textes théoriques, littéraires et politiques, ainsi qu’aux échanges artistiques, tels qu’ils ont pu nourrir et s’inspirer des mobilisations collectives et socio-politiques émancipatrices. Plus largement, ce projet sur les genres et les sexualités, qui regroupe à ce jour une vingtaine de chercheurs et de doctorants, permettra de réfléchir à l’enjeu contemporain que sont l’organisation, dans les espaces territorial, national et international, des centres de production scientifique et la place que l’on y accorde à la transformation sociale.

L’action « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » fait partie du programme de recherche et de formation par la recherche en cours d’élaboration « ITS : Identités, Transculturalités et Savoirs » dont le volet formation est constitué du « Master Cultures Pro. International », consacré à la culture étrangère, aux enjeux théoriques, socio-politiques et géopolitiques liés à sa compréhension et à la dimension pratique de sa médiatisation. Le volet recherche de ITS, outre l’action « Trans-Est », comprend un volet international appelé « EAST: Euro-American and African Scientific Transfers », spécifiquement consacré à la transculturalité, aux transferts culturels d’un groupe humain à un autre, à la pollinisation des savoirs, au processus d’hybridation et de mutation dans les identités et les cultures humaines, prises en elles-mêmes et entre elles, et à l’étude des espaces en tant qu’ils vectorisent ces mutations, notamment ceux des Amériques, de l’Europe et de l’Afrique. Le projet EAST sera réalisé à l’appui de l’Institut des Amériques et du Collegium for African American Research. Il pourra être, pour l’axe « Écritures du politique / Politiques d’écriture », une des actions de recherche déterminante du prochain contrat quinquennal. Un colloque sera organisé pour concrétiser ces collaborations et diffuser les résultats : « Dire ou ne pas dire le genre. Le genre et ses représentations » dans le monde anglophone.