moteur de recherche

Événements scientifiques 2011-2012

8ème congrès de l'affecav : Des sources aux réseaux : Tout est archive ?

Des sources aux réseaux : tout est archive ?
Il est notoire que les pratiques de recherche s’appuyant sur les archives ont modifié en profondeur l’historiographie et notre connaissance du cinéma (notamment du cinéma des premiers temps) et de l’audiovisuel. Il est moins évident de défendre le principe que les archives constituent également autant de traces et d’indices permettant une histoire des formes aussi bien du point de vue esthétique que de leur réception. Pourtant, nous faisons de plus en plus appel à des documents qui ne sont rien d’autre que d’immenses bases de données d’archives : la passion pour la quête de l'archive là où elle se cache (Mal d’archive, Derrida, 1995), la recherche presque compulsive sur Internet en quête d’une image, d’un blog de fan, d’un document inédit, d’un vieux film qu’on finit par retrouver sur youtube, est désormais une pratique qui dépasse les frontières strictes entre l’amateur et le spécialiste, l’étudiant et l’enseignant-chercheur. D’une part, la pratique même de l’analyse des films, d’une série télévisuelle ou encore de tout document sonore ou visuel, prend de plus en plus appui sur des éléments « extérieurs » : différentes versions du scénario, réception critique, affiches, photos de plateau, etc. Et d’autre part, le ré-emploi des archives (found footage) est devenu l’une des formes de création parmi les plus actuelles. Ce congrès a pour ambition de mettre l’accent sur ces nouvelles pratiques intergénérationnelles, souvent négligées, notamment en France. Pour explorer ces usages, on s’interrogera notamment sur :
Les études de réception avant et après Internet ; quels usages peut-on faire des multiples traces laissées sur Internet par les cinéphiles, les mélomanes et les fans ?
Le rôle des archives dans l'analyse esthétique des films et des enregistrements sonores ;
La critique et la théorie comme archives ;
L'archive et l'historien : quelle influence a eu la (re)découverte de corpus de films, de documents sonores et visuels dans notre connaissance de l’histoire du cinéma et de l’audiovisuel ?
Où commence la pratique historienne et où s’arrête-elle ? Où commence l’analyse esthétique et sur quoi s’appuie cette dernière ?
Archives et création artistique ;
La construction des identités personnelles des usagers de Facebook, Twitter et autres blogueurs :
la distinction entre archives officielles et archives personnelles est-elle encore une ligne de partage ou bien est-elle obsolète ? Comment s’opère la transformation du document personnel en archive publique ou semi-publique une fois sur le net ?
Internet et le « tout-archive » : Quand le document devient-il archive ? Internet a-t-il dévalué
l'importance de l'archive ? Les fonds traditionnels sont-ils "dépassés" par les nouvelles formes d'archives ?
Les lieux de consignation nationaux et internationaux ont-ils modifié leur offre, leurs pratiques de conservation et de restauration ?
Une interrogation fondamentale alimentera les séances plénières : comment faire face à l'immensité des archives, encore accrue par Internet ? Comment leur donner sens et les utiliser au mieux, en évitant qu'elles limitent la liberté de réflexion et d'interprétation ? L'archive fait-elle le chercheur ?

Programme du congrès
Affiche du congrès
9 et 10 juillet 2012
Bâtiment IFI 2, allée du promontoire 93160 Noisy-le-Grand

Ecritures de l'histoire

L’historiographie ne peut se départir d’une narrativité – voire d’une part d’imaginaire et de fiction – qui construit le sens historique tandis que la fiction implique souvent une pensée de l’histoire, et acquiert parfois une fonction critique par rapport aux discours idéologiques ou aux rationalisations des historiens. Le passé est toujours recomposé dans un rapport au présent (souvent implicite) qu’il soit d’ordre politique et idéologique ou d’ordre épistémologique (lorsque les représentations historiques font signe vers des débats ou des conceptions d’époque). Ce colloque sera centré sur les mécanismes de construction de l’historique, sur le rôle des procédés littéraires et cinématographiques dans la construction du sens historique, sur le rapport de l’écriture de l’histoire au présent.

Jeudi 21 et vendredi 22 juin 2012, amphithéâtre 4 du bâtiment Rabelais, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
RER A : Direction Marne la Vallée Chessy, station : Noisy-Champs, sortie à l'avant du train "cité Descartes".
Contacts : Gisèle Séginger

Affiche du colloque
Programme du colloque

 

LE POÈTE ET SON TRADUCTEUR

JOURNÉE D’ÉTUDES : LE POÈTE ET SON TRADUCTEUR
9 mars 2012, à 14 h 30

UNIVERSITÉ PARIS EST MARNE-LA-VALLÉE
Centre de recherche Littératures Savoirs et Arts
Équipe interne EMHIS
Bâtiment Copernic / (Salle 2B042)

Jaime Siles est l’un des poètes espagnols vivants les plus importants dont l’œuvre instaure, depuis plus de quarante ans, un dialogue intelligent et sensible entre tradition et modernité, voué entièrement à une quête langagière, ontologique et esthétique. Or, si pour lui le poème est « cette forme directe qui permet de parvenir jusqu’à soi : de communiquer avec l’autre, d’être ce que l’on est et de ne l’être qu’avec les autres », que devient cette même forme lorsqu’elle doit affronter cette « épreuve de l’étranger » qu’est la traduction ? Depuis de nombreuses années Henry Gil est l’un de ses critiques et traducteurs qui pour mieux lire l’œuvre silésienne, pour mieux comprendre la façon dont elle fonctionne, s’est efforcé de la traduire en s’imposant certaines contraintes formelles et sémantiques, dictées par les textes mêmes de ce grand versificateur qu’est Jaime Siles. Cette rencontre se propose donc de montrer — plus par la praxis que par une réelle théorisation — quels sont les enjeux de la traduction poétique, à quel savoir-faire fait appel le traducteur, autrement dit quelle devrait être, en somme, sa « poétique du traduire », tout en révélant la façon dont le poète perçoit lui-même cette voix qui est censée être la sienne alors qu’elle est portée par un autre, un poète d’autant plus concerné et averti qu’il est lui-même le traducteur de textes poétiques écrits en neuf langues différentes.

Intervenants : JAIME SILES, poète, professeur à l’Université  de Valence et Henry Gil, traducteur, professeur à l’université de Paris  Est Marne-la-Vallée                     

                                                                               
LISAA EA 4120

Cycle de conférence EMHIS 2011-2012

Ce cycle s'insère dans le cadre de l'axe "Sociétés savoirs et représentations" (EMHIS) et du programme Balaton 2011.
Nous l'avons placé, cette première année, sous le signe de l'Espagne.

Il s'agit de l'Espagne contemporaine,  à la fin d'un XIXème siécle où l'unité espagnole se décompose et,  à l'aube du XXème siècle,  où des sentiments nationalistes  territorialisés s'expriment et, enfin, où des  hostilités et des résistances  des classes dirigeantes aux valeurs du capitalisme et de la modernisation conduisent l'Espagne à un retard économique  certain vis-à-vis d'autres pays européens. Ce seront les deux interventions de Gérard Brey, l'une  relevant de l'analyse politique et sociologique, l'autre de la représentation théâtrale du droit de grève.
La période franquiste,  qui apportera une certaine "pacification" à travers une Espagne autoritaire et répressive, baîllonant pendant plus de quarante ans la diversité et la pluralité, remplaçant l'instabilité plurielle des décennies précédentes  par l'immobilisme institutionnel et culturel, sera analysée à l'aune de la poésie de José Hierro par José Antonio Gonzalez Fuentes.

Déroulement des conférences

Vendredi 18 novembre 2011 : 14h-16h
M Gérard Brey, professeur émérite, université de Franche Comté (Besançon)
" Le théâtre de la grève entre 1870 et 1923 ".

Vendredi 13 janvier 2012 : 10h-12h
M. Juan Antonio Gonzalez Fuentes, poète
Titre à confirmer : " Lo íntimo y lo histórico en la poesía de José Hierro ".

Vendredi 3 février 2012 : 14h-16h
M Gérard Brey, professeur émérite, université de Franche Comté (Besançon)
" Le processus de construction nationale, dans l'Espagne du XIXème siècle ".
Salles à confirmer
Contact : Christine Delfour

Groupe des Linguistes associé au LIDIL12

Voici le calendrier de cette année pour le Groupe des Linguistes associé au LIDIL12; les réunions de travail auront lieu le vendredi de13h00 à 16h00 , une fois par mois, toujours en alternance entre l'université de Créteil et l'université Paris-est Marne-la-Vallée :

18 novembre

UPEMLV

16 décembre

Créteil

10 février

UPEMLV

9 mars

Créteil

6 avril

UPEMLV

4 mai

Créteil

1 juin

UPEMLV

Les thématiques et les salles seront précisés avant chaque séance.
Contact : Lionel Dufaye

Colloque " Le visible et l'invisible dans le monde hispanique et hispano-américain "

Jeudi 1er, vendredi 2 et samedi 3 décembre 2011 à l'auditorium du bâtiment copernic, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
RER A : Direction Marne la Vallée Chessy, station : Noisy-Champs, sortie à l'avant du train "cité Descartes".
Contacts : Henry Gil
Programme du colloque
Affiche du colloque

Interview de GIL Henry, Professeur en littérature espagnole moderne et contemporaine.

Ce colloque va nous permettre d'insister sur la pluridisciplinarité de ce projet car il regroupe des hispanistes spécialistes de domaines parfois fort différents (littéraires sur les 3 genres, spécialistes de l'iconographie(peinture, photo), du cinéma, des historiens et des civilisationnistes).
Des enseignants-chercheurs qui travaillent donc sur des aires géographiques et des périodes très diverses les unes des autres (Espagne et Amérique latine, époques classique, moderne et contemporaine).
Les 9 membres du LISAA qui participent à ce colloque sont regroupés au sein de l'équipe interne EMHIS.
Par ailleurs des universitaires provenant de 9 universités différentes participent également à ce projet.
Enfin, les langues ici l'espagnol ne sont pas uniquement un outil de communication mais aussi un vecteur très important de culture et de connaissance des "territoires" par la littérature (poésie, théâtre, roman), par l'histoire et la civilisation.

Colloque international de linguistique

fileadmin/fichiers/LISAA/Colloque/Benveniste/colloque_Enonciation_2011_argumentaire_01.pdfColloque "Les théories de l'enonciation : Benveniste après un demi-siècle"
Les jeudi 24 et vendredi 25 novembre 2011 à l'auditorium du bâtiment copernic, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
RER A : Direction Marne la Vallée Chessy, station : Noisy-Champs, sortie à l'avant du train "cité Descartes".
Contacts : Lucie Gournay et Lionel Dufaye
Programme du colloque
Affiche du colloque

Interview de GOURNAY Lucie, Professeur des université Linguistique anglaise et de DUFAYE Lionel, Professeur des universités Linguistique anglaise.

Colloque Vivre l'histoire

Colloque "Vivre l'histoire"
Les jeudi 27 et vendredi 28 octobre 2011 à l'Académie Polonaise des Sciences.
74 rue Lauriston 75016 Paris.
Métro : ligne 6, station Boissière ou ligne 2, station Victor Hugo
Bus : ligne 30, 82 arrêt Boissière ou ligne 63, arrêt Iéna
Contacts : Michael A. Soubbotnik et Caroline Trotot

Programme du colloque
Affiche du colloque